Comment vendre un site Internet au meilleur prix ?


4 mn de lecture

VENDRE UN SITE
Temps de lecture : 4 minutes

Lorsqu’ils essaient de vendre un site Internet, la plupart des entrepreneurs passent à côté d’un certain nombre d’éléments. Ils se focalisent sur le trafic généré, la base de données client, les abonnés à la newsletter, mais oublient de considérer les procédures développées par l’entreprise au fil du temps, les droits d’auteur sur les médias (photo et vidéo), les campagnes de publicité lancées et bien plus encore.

Dans cet article, nous avons répertorié la plupart des choses que vous devez prendre en compte, mais surtout valoriser avant de vendre votre site Internet.

1. Ce qu’il est possible de vendre à partir d’un site Internet

La plupart des éléments cités ci-dessous peuvent être dissociés de l’activité en ligne et même faire l’objet d’une vente à part entière. Il s’agit :

  • Le nom de domaine
  • Le trafic généré
  • Les procédures développés par l’entreprise
  • Les droit sur les créations (images, publicités, contenu)
  • Le code source du site en question
  • La base de données clients / la liste des clients
  • La liste des abonnés à la newsletter
  • Les licences ou autorisations au bénéficie de l’entreprise
  • Les données relatives aux prospects sur les réseaux sociaux (comme les commentaires)
  • Les contacts ses partenaires ou les entreprises affiliés
  • Les sources des campagnes de publicité Google, Facebook ou autre.

2. Ce que vous pouvez améliorer avant la vente d’un site Internet

Une fois les actifs de votre site Web identifiés, il est judicieux de mettre toutes les chances de votre côté. Cela vous amènera à :

  • Améliorer la qualité globale de votre site : UX design, structure du code, temps de chargement, adaptabilité mobile, etc.
  • Affiner votre stratégie de référencement naturel afin d’être mieux encore mieux positionné sur  une liste de mots-clés et obtenir davantage de trafic en provenance de Google
  • Explorer les pistes de partenariats afin d’obtenir de nouveaux. Ce qui généra encore plus de trafic
  • Organiser les données récoltées au fur à mesure du temps comme les statistiques de trafic (le nombre de visiteurs uniques, les pages les plus vues, le classement des pays de visite, les mots-clés pour lesquels le site est le plus visible, le trafic provenant des moteurs de recherche ou des réseaux sociaux, etc)
  • Augmenter le nombre d’abonnés de votre newsletter
  • Augmenter le nombre de liens en provenance des réseaux sociaux
  • Présenter de manière cohérentes les revenus
  • Défendre la valeur du nom de domaine selon le PageRank et les mots-clés qu’il contient (cela le rend plus intéressant face aux acheteurs)

Plus vous fournissez d’éléments pouvant justifier la rentabilité de votre affaire, plus la valeur du site sera élevée.

3. À qui et à combien vendre un site Internet ?

Si vous souhaitez en tirer un maximum de la vente d’un site Web, vous devez vous adresser aux bons acheteurs. Il s’agit potentiellement des personnes qui en feront un bon usage. Je m’explique :

La plupart des entrepreneurs qui décident de céder leur site s’adressent à des plateformes dont c’est la spécialité comme Je Vends Mon Site Internet. C’est une mauvaise approche car la vente se fera sur des fourchettes de prix globales.

Un site est généralement estimé à deux ou trois fois le revenu généré au cours de l’année. Si le Chiffre d’Affaires annuel de votre activité est de 50.000€, vous disposez d’un actif d’une valeur de 150.000€. Ce qui semble correct si vous jugez que votre activité est sur le déclin. Mais si ce n’est pas le cas, vous limitez le potentiel d’achat de votre site à un plafond qui n’est probablement pas sa valeur réelle.

Voici comment aborder le problème si vous êtes l’heureux propriétaire d’un site de vente de pneus. Vous réalisez 30.000€ de bénéfice net par an, mais vous souhaitez passer la main à un autre propriétaire afin de profiter de vos années de dur labeur.

Hypothèse 1

Vous avez un contact, Joe le garagiste qui parle depuis plusieurs années de démarcher une clientèle nationale, voire internationale. Son problème est qu’il n’a pas le temps de se lancer dans le digital.  Partir de zéro représente trop d’efforts et de temps à consacrer pour Joe. Vous lui proposez d’investir dans le rachat de votre site Web pour 150.000€ (3 * 50.000€ de CA annuel). Après analyse de votre bilan comptable, il négocie votre offre pour 90.000€ (3 * 30.000€ de bénéfices ).

Il juge que votre activité lui fera gagner 30.000€ net par an, il lui faudra trois ans pour récupérer son investissement.

Hypothèse 2

Vous partez de l’idée qu’une société en pleine croissance pourrait utiliser à meilleur escient le travail que vous avez effectué sur Internet durant ces cinq dernières années. Vous pensez à une franchise de pièces automobiles comme Easy Auto. Ils commercialisent toutes sortes d’accessoires automobiles : rétroviseurs, freins, moteurs, pneus, etc. Ils gèrent 7 boutiques sauf que leur point de faiblesse est le digital. Ils sont très peu actifs sur Internet. Tout ce dont ils disposent est le site officiel de la franchise.

Quels avantages peuvent-ils tirer de l’achat de votre site Internet ?

Même s’ils vendent le même nombre de pneus que vous, ils feront bien plus que 30.000€ de bénéfices par an. Vu le nombre de boutiques dont ils disposent et la quantité de leur commande, ils ont nécessairement de meilleures marges chez les fournisseurs. Imaginez à présent le Chiffre d’Affaires qu’ils pourraient réaliser s’ils décidaient d’utiliser votre site pour commercialiser la plupart de leurs articles. Si les internautes qui viennent sur votre site Web peuvent avoir accès à des produits complémentaires tels que des rétroviseurs, des freins et autres, ils pourraient multiplier par deux ou trois leurs CA.

Vous avez compris, vous pouvez tirer un bien meilleur prix de la vente de votre site avec des acheteurs qui pensent synergie. Il faut cependant faire preuve de flexibilité. Surtout sur les modalités de paiement.

Au lieu de 150.000€ cash pour la vente de votre site Internet, négociez pour une avance de 100.000€ et un crédit de 125.000€ payé en salaire, tant que l’entreprise génère des bénéfices. Vous vous ouvrirez à un plus large éventail d’acheteurs.

Si vous acceptez de partager les risques en jouant par exemple le rôle de consultant durant deux ou trois ans, vous pouvez vous permettre d’augmenter la valeur de votre bien de 30 à 50%. 75.000€ c’est quand même 50% de plus que ce que vous auriez obtenu initialement.

Marius-sig

Auteur : Marius Melagne